• Il est communément admis que l’enfance est une période marquée par le jeu. Ce dernier a ses qualités et ses défauts. Alors, comment profiter du jeu sans se soucier de nos enfants ?

     

    Indubitablement, le jeu a un rôle prépondérant dans la formation de la personnalité de l’enfant. En fait, les activités ludiques permettent à l’enfant d’extérioriser son énergie et d’équilibrer ses turbulences. En plus, par le truchement du jeu, l’enfant joue, trace, dessine, compose et suit un raisonnement déterminé. Dès lors, il améliore le niveau de son intelligence et de sa créativité. De même, il est une occasion d’une bonne communication avec ses pairs. Ajoutons à cela que le jeu est un moyen d’apprentissage, d’initiation à la vie sociale.

     

    Toutefois, cette activité ludique devient une violence. Cela est tributaire des querelles et des disputes entres les enfants pour la quête d’un jouet. En outre, certains chérubins n’aiment pas intégrer les autres dans le jeu. Dès lors, l’estime de soi se convertit en égoïsme. Ce qui provoque la haine et l’humiliation. Mais de nos jours, les jeux accentuent l’addiction des enfants et approfondissent leur isolement.

    En guise de conclusion, on peut dire que même si le jeu permet à l’enfant l’intégration à la vie sociale, il faut, de temps à autre, contrôler de loin ses activités ludiques et orienter adéquatement son comportement.

    Hanane TAOUDI

    Partager via Gmail Delicious Technorati Google Bookmarks

    1 commentaire
  •      La mode et les vêtements   

     

     

    À la différence des coutumes et des traditions, la mode se représente comme la nouvelle tendance qui reflète un goût collectif d’une société et sa manière de voir le monde. Elle touche bel et bien tous les domaines et précisément l’aspect vestimentaire. Cette tendance a-t-elle seulement des avantages ou encore des inconvénients ?

    Se vêtir conformément à la mode est une façon d’expression de soi. Dès lors, la manière d’habillement devient un prestige social. Ce dernier sollicite l'intervention des stylistes qui transforment chaque fois leur design conformément aux intérêts et aux goûts en vogue. De cette façon, la mode change et notre style et  notre look.  

     Néanmoins, cette nouvelle tendance peut influencer négativement sur le comportement et la mentalité des jeunes. Ils commencent à imiter aveuglement les grands artistes et les joueurs les plus célèbres. Cependant ils finissent, d’une part, par vivre aux dépens du pouvoir de la nouveauté. D’une autre part, par gaspiller d’une manière maniaque de leur argent dans des futilités passagères.  

     

    Pour conclure il est nécessaire de souligner que si la mode contribue efficacement au progrès économique du pays, quand elle déborde les valeurs de la pudeur elle participe à réduire en silence la personnalité des jeunes imitateurs. Est-il possible de vivre loin du pouvoir de la mode ?

    Partager via Gmail Delicious Technorati Google Bookmarks

    4 commentaires
  •  

    Dans les sociétés musulmanes, l’école coranique a pour objectif de donner le premier enseignement à l’enfant. Cette institution religieuse donne plus d’importance à l’étude du Coran et à toutes les Sciences relevant du livre saint notamment la théologie, l’astronomie, l’exégèse, et la grammaire.

    Pour assurer un travail adéquat, le fqih s’appuie sur des outils rudimentaires notamment le qualam, les planchettes, l’encre extrait de la laine brulée et enduite dans de l’eau. En l’absence d’un équipement confortable, les étudiants sont obligés de s’assoir sur des nattes de jonc devant leur maître. Dès lors, le msid reste la salle la plus utilisée pour enseigner ces étudiants.

     À la différence de l’école moderne, le fqih est le seul maître qui assure les cours. Il est souvent entouré de ses étudiants qui sont tenus de réciter fidèlement les versets du coran et quelques chapitres du Hadith. Pour ceux qui ne récitent pas bien n’échappent pas à la baguette du fqih.

     

    De nos jours, même si l’école moderne complète le rôle de l’école coranique, la fonction de cette dernière demeure toujours primordiale puisque les deux veillent sur la formation d’un bon citoyen autonome et responsable capable d’assimiler les valeurs civilisationnelles et humaines intégrées dans le programme à enseigner.

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Google Bookmarks

    3 commentaires
  •  

    Malgré le développement scientifique et médical, nombreuses sont les personnes qui recourent à la superstition. Que représente donc ce terme et quelles sont les raisons derrière cette conduite ?

    Certes, le terme superstition désigne un sentiment particulier issu d’une croyance illogique à des présages tirés d’évènements matériels fortuits. Si les formes de la superstitions sont multiples, les raisons derrière le recours à cet acte demeurent innombrables.

    En effet, certains malades, au lieu de consulter un médecin et suivre un traitement, ils bifurquent vers les charlatans et les voyants. Leur prétexte est que ces fqihs jouissent des dons miraculeux.

    En plus, ils croient que le toucher des charlatans leur permet de retrouver la guérison, la richesse ainsi que le bonheur extrême.

    Or, ces voyants deviennent riches au détriment de la crédulité et la naïveté des gens. Ces derniers, à cause de leur pauvreté et de leur ignorance, exposent leur santé à un grand risque. La plupart d’entre eux mettent fin à leur vie surtout par des recettes nocives concoctées par ces charlatans criminels.


    De ce qui précède, il s’avère que la superstition est une attitude qui a des répercussions néfastes. Et en ce qui me concerne, je trouve nécessaire de dénoncer cette conduite en dissuadant les gens contre ce fléau fatal. N’est-il pas temps d’agir ainsi ?

    Partager via Gmail Delicious Technorati Google Bookmarks

    4 commentaires
  •  

     

                                         Le 6 novembre est une date grandiose qui a ponctué l’Histoire

     

     

    Armés du drapeau national et du coran,

    Marchant d’un pas de grands militants,

    Les trente cinquante mille, intrépides,

    A regagner leur terre étaient avides.

    S’attachant fermement à leurs droits,

    Répondaient au discours de leur roi.

    Le désert n’est plus occupé,

    Notre terre est désormais unie.

    Grâce à leurs pas de paix,

    Que l’on récupérait notre Sahara

    À sa mère patrie.

    Soyons fiers de ces héros

    Qui  ponctuaient l’Histoire de notre pays.

     

                                                                                          Hanane TAOUDI                                               

                                                                                        SAFI  le 20/11/2016

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Google Bookmarks

    2 commentaires
  •  

     

    Il va sans dire que l’habitude de médire les gens menace bel et bien les relations familiales, amicales et professionnelles. Quelles sont donc les raisons et les répercussions de cette conduite odieuse ?

    Sans doute, la médisance se définit comme le faite d’évoquer les défauts d’une personne lors de son absence parce qu’elle déteste. Ce phénomène qui propage dans la majorité des sociétés est tributaire de bon nombre de raisons. De prime abord, par jalousie et envie, le médisant se transforme à une rafale d’injures qui ne cesse de défigurer l’image réelle de la personne médite. En outre, le commérage des gens risque de toucher la dignité et la réputation des gens. De même, il y a des gens qui profitent de l’absence d’une personne pour rappeler ses défauts afin d’attirer l’attention des gens et susciter leur moquerie et leur mépris.

     

    D’autres trouvent leur plaisir dans le fait de se mêler des affaires des autres. Ils poursuivent leurs nouvelles et cherchent à les diffuser et les propager entre amis ou familles. Le pire est que de nos jours, certains utilisateurs des réseaux sociaux accentuent cette conduite ignoble. Elle devient le mal qui déchire le tissu social et rend ennemis les amis les plus intimes.

    Pour lutter contre cet acte abject, il s’avère nécessaire de retourner à la religion. Ne pas assister à des discussions portant sur les défauts des gens et par la suite garder la bonne foi pour ne pas tomber dans ce péché interdit par l’Islam.

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Notre opulence est-elle source de notre euphorie?

    Par Hanane TAOUDI

     

    Si la richesse est la possession d'un grand bien, être riche est le rêve de la majorité des gens. Cependant, cette opulence demeure à la fois une qualité et un défaut. Quels sont donc les qualités et les défauts de la richesse?

    De toute évidence, la fortune consiste un moyen sine qua non pour subvenir à des besoins matériels et à exaucer les rêves pour des meilleures  conditions de vie. En effet, être riche, peut être un privilège qui favorise bel et bien le respect, la considération et l'importance sociale.

    Certes,  le riche, de par sa générosité n'hésite pas à aider les démunis et à partager ses biens avec les gens nécessiteuses. En l'occurrence, par le truchement des associations pour la bonne cause ou via des projets permettant à ces pauvres d'en tirer profit.  

     

    De cette manière, l'argent dessine un beau sourire sur leurs visages et leur donne une chance afin de voir la vie autrement. Dès lors,  la vertu de la fortune incombe, bien entendu, à la solidarité des riches avec les pauvres. Ainsi,  la charité répand-elle et la joie et l'amabilité dans le monde. 

    En revanche, l'opulence devient un défaut quand  le riche, de par son avarice, refuse de donner de son bien aux démunis. Outre, son orgueil l'incite à les évincer de son entourage en frayant son chemin avec d'autres amis bourgeois. Or, ces dépouillés ne seront ses chers pantins que lorsqu'il ose acheter, à leur insu, leur voix pour son bien être. De même,  sa cupidité le pousse inlassablement  à les essouffler si ce n'est pas à sucer leur sang.

    Notre opulence est-elle source de notre euphorie?

     

    En ce sens, le silence de la disette des misérables trouve, en contrepartie, son écho tumultueux dans le gaspillage et la dépense des richesses chez les richards.

    Reste à souligner que au-delà des conflits sociaux, l'argent rend ennemis les meilleurs amis et peut consister la source de bon nombre de batailles sanglantes. Bref,  il devient ce mal maudit qui corrompt l'esprit et contribue à anéantir le monde entier.

    De ce qui précède, il ressort que le pouvoir de argent demeure une arme à double tranchants. il est un don éphémère qui nous procure ce qui nous est nécessaire, mais qui fait vaciller notre humanité en l'absence du contrôle et de la bonne gestion et de nos besoins et de nos dépenses.

     

    Cependant, rarissimes sont ceux qui se demandent ainsi :

    Nos richesses peuvent-elles préconiser la prompte guérison en cas de maladies incurables ou bien peuvent-elles octroyer la plénitude et la sérénité de l'âme en cas de tourments insupportables?

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Google Bookmarks

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique