• La peinture de la jeunesse chez Hervé Bazin

    Par Hanane TAOUDI

    Face à l’engouement incessant et insaisissable de la vie sociale, assurer le relais aux jeunes ne fait pas l’unanimité. Effectivement, le sujet des jeunes fait l’objet de bon nombre de débats. Hervé  Basin donne une nouvelle dimension à la peinture de la jeunesse. En l’occurrence, dans son extrait ''La peinture de la jeunesse" il nous invite à déceler la façon d’agir d’une génération de transition entre un monde qui finit et un autre qui voit le jour. Pour relever les traits de la peinture de la jeunesse, nous déterminons en premier lieu ceux qui nous paraissent vrais. Ensuite, nous dégagerons ceux qui  s’avèrent erronés. Enfin, nous essayerons de donner une synthèse à ce propos.  

    De prime abord, la négation qui ouvre l’extrait dévoile-t-elle que Bazin se met du côté des jeunes ? En effet, l’auteur voit que les problèmes de l’intégration sociale de cette génération incombent à la société qui ne leur fournit pas les moyens d’une vie digne et responsable. En ce sens,  oscillant entre les normes prescrites par la société et la vision des jeunes, il souligne que l’évolution est une chaîne. Ceci dit que la responsabilité est un lègue social.

     Cependant, ce dernier est bel et bien manifesté différemment. L’aspect vestimentaire qui confond mode et nouveauté, beauté et laideur donne à voir une nouvelle vision juvénile, une autre manière de langage. Celle de la culture de partage, de l’égalité si ce n’est de la solidarité. Ils se veulent ainsi les porte parole des opprimés, des démunis et des pauvres. Dans cette perspective, ils sont en quête d’une justice sociale rejetant toute hypocrisie sociale basée sur l’illusion et la dérision. Dès lors, ils sont clairs, simples sans détours.

    Affranchie de tout canon esthétique et éthique, la jeunesse fraye son chemin dans un monde rapiécé, fragmenté et délavé pareil à celui de leur jeans. Si le monde des adultes demeure frustré par les ruines, les erreurs et la flatterie, les jeunes ne témoignent pas de leur sérénité et leur raison. Ils voient que la nature, l’exutoire suprême des antécédents est un lieu corrompu. En plus, ils  croient que le présent ne doit rien au passé et que, pour eux, c’est l’avenir qui compte.

    De même, pour les jeunes, respecter l’argent est un sentier battu. Leur intérêt réside dans la façon d’être voire celle du paraître puisqu'ils cherchent à vivre leur moment de turbulence épisodique au détriment de leur appartenance sociale jugée riche. Enfin, les jeunes, dans ce chaos social marqué par la violence, refusent être le pantin de la société. Ils ne jouissent que par le contraste. Ils manifestent leur dépendance à leur façon. Cette attitude les expose au conflit des générations. Même s’ils continuent à instaurer leur façon de vivre d’agir et d’être, ils ne peuvent pas sortir de la foule. Une contrainte existentielle qui met en évidence le manque d’unanimité générale.

    Pour conclure, il importe de souligner que la tranche des jeunes est le piédestal de l’évolution de toute communauté. Le veuille ou non, la place des jeunes est primordiale dans l’évolution de la société. Ils sont le moteur, l’énergie renouvelable d’un engrenage social vivant dans l’intensité.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Delicious Technorati Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Parmi les sujets débattus à l'échelle mondiale celui de la délinquance juvénile. Cette situation expose la majorité de nos jeunes au risque des délits suite à leur enfreinte des lois et des valeurs en vigueur. quels sont donc les aspects de cet état et comment faire face à leur déviation?

    Sans conteste, la jeunesse constitue la phase où le jeune reconnaît le changement physique et psychique et son autonomie. Mais il semble qu'il existe une catégorie de jeunes ne s'intéressant pas au contrôle parental.Elle désire vivre sa vie à la façon qui lui plait. Les jeunes délinquants se trouvent livrés à eux-mêmes. Ils cherchent à s'affirmer autrement.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Certains disent que conduire les hommes est une besogne difficile. Cette idée est -elle raisonnable? Comment peut on être un bon responsable et dans quelle mesure peut-on surmonter les entraves de cette tâche pénible?

    Sans doute, la responsabilité est la capacité de prendre des décisions sans se référer à une autorité extérieure. Autrement dit, elle se veut une autonomie personnelle d'entreprendre des projets dans la vie. mais conduire les autres est une responsabilité pénible. C'est le jeu le plus difficile qu'un responsable peut entamer dans sa vie, et ce pour bon nombre de raisons.

    Résultat de recherche d'images pour "être  bon chef"

    Premièrement, il se trouve face à des missions à élucider pour qu'il soit compris par tout le monde. De plus, il doit bien comprendre sa tâche et de bien gérer son temps et son espace. Ajoutons à cela, un bon responsable doit être qualifié d'honnêteté et de transparence. Enfin, il doit croire aux bonnes idées et les défendre. Pourtant, satisfaire tout le monde demeure une affaire dure vue les différentes mentalités auxquelles il va faire face.

     

    Mais pour réussir sa tâche, il doit être patient et endurant. En d'autres termes, avoir le pouvoir de guider les gens suscite une bonne volonté associée à un amour de travail. Ceci se traduit bel et bien par la bonne conduite pour mener les gens vers leur bien-être.

    Résultat de recherche d'images pour "être  bon chef"

    En définitive, il importe de dire que conduire les hommes est une mission pénible mais le guide intelligent est celui qui jouit d'une personnalité forte avec son équipe de travail, qui reconnait les lois en vigueur et qui connait les appliquer avec sagesse et avec souplesse si besoin est.    

    Partager via Gmail Delicious Technorati Google Bookmarks

    3 commentaires
  • Quoi qu'en disent ceux qui voudraient que la question de la réussite de la femme ne soit pas d'actualité, depuis la nuit des temps, le sujet de la femme est d'une extrême importance. Pourtant, l'Histoire témoigne d'une certaine discrimination quant à la place et le rôle attribués à la femme dans la société. Dans quelle mesure le rôle social de la femme demeure-t-il sine qua non ? 

     

    Bien que le rôle de la femme a été relégué au deuxième rang après celui de l'homme, la femme n'a jamais hésité à rendre service à son entourage ou à sa société. En fait, ses aspirations étaient cantonnées par l'autorité de la société masculine qui ne lui permettait pas de rivaliser son compagnon l'homme. Ainsi était-elle la femme au foyer et sa fonction était ménagère par excellence. Or, la femme aujourd'hui a pu réussir son rêve et a pu s'épanouir intellectuellement pour accéder à des horizons où elle bat des records dans tous les domaines.  

    Résultat de recherche d'images pour "l'inégalité entre les hommes et les femmes"

     

    En effet, la femme actuelle devient autonome et peut se frayer le chemin avec réussite Cela ne lui empêche pas d'entamer sa tâche ménagère. Ainsi,  Elle est la consolatrice qui adoucie les douleurs et le remède de tous les soucis. Bref, elle est la source du bonheur de tout le monde. La fonction de l’éducation des enfants est partagée entre les deux gérants de la famille. 

    Résultat de recherche d'images pour "femme réussite"

     

     

    A dire vrai, le rôle de la femme est prépondérant. Elle contribue, sans doute, au progrès intellectuel, social et sociétal de son pays. Sans la femme, le monde est nu et l'humanité est faible. De cette manière, on ne peut pas se passer de la femme. Elle consiste la pierre angulaire de toute la société. Elle n'est pas seulement l'épouse. Elle est la sœur et la mère qui nous a mis au monde. Célébrons-la tous et honorons-la. 

    Résultat de recherche d'images pour "femme réussite" 

    Partager via Gmail Delicious Technorati Google Bookmarks

    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires